Bonjour Stéphanie Fizailne, pilote du festival de l’apprendre à Chablis

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Je suis professeure d’espagnol dans l’académie de Dijon depuis 18 ans. Je suis très curieuse de nature et je crois profondément au fait que « tout seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin ». C’est pourquoi depuis plusieurs années je m’intéresse à tout ce qui touche à l’intelligence collective, au design thinking.

Dans mon académie, cela se traduit par l’accompagnement d’équipes impliquées dans des démarches de recherche-développement d’expérimentations et d’innovations ou encore dans une recherche-action que j’ai menée lors de la création d’un projet de tiers-lieu éducatif dans le collège dans lequel j’exerce en partant des besoins et envies des élèves.

J’ai suivi pour cela le D.U acteur de la transition éducative au Centre de Recherches Interdisciplinaires de Paris l’an dernier. Dans la même logique, je suis devenue facilitatrice de la démarche Bâtisseurs de possibles de l’association SynLab et j’ai intégré l’association Tiers-Lieux Édu qui œuvre pour les communs, avec laquelle nous avons organisé un Barcamp à #Ludovia16 avec le soutien du Lab110bis du Ministère de l’Éducation Nationale et organisons avec notre comité scientifique des rencontres contributives sur tout le territoire.

Enfin, participer à la co-création du premier Festival de l’apprendre aux côtés du Cercle APE, pour apprendre ensemble, et du C.R.I avec François Taddéi et Olivier Bréchard correspond vraiment à mes valeurs. En route pour une planète apprenante !

Que fait-on à Chablis au festival de l’apprendre ?

À Chablis, proposer l’organisation de ce festival était pour moi l’occasion de poursuivre la dynamique de notre jeune tiers-lieu au collège, où les élèves sont les premiers à proposer des actions qui mettent en synergie différents acteurs du collège et de son territoire pour apprendre autrement, mettre en œuvre les compétences du XXIème siècle. Pour moi, il s’agissait aussi de permettre des partages et échanges de savoirs et savoir-faire en intercatégoriel (élèves, tous personnels du collège confondus, parents et partenaires du collège et du tiers-lieu Salle Chytelman).

Quand a lieu ce festival de l’apprendre ?

Ce festival a lieu du lundi 20 au vendredi 24 janvier en journée. Une trentaine de propositions d’ateliers ont été faites par des élèves de 5e, 4e et 3e ; certaines seront reportées aux beaux jours car elles nécessitent de se dérouler en plein air. Les parents, quant à eux, vont participer lors de l’organisation de leur Forum des métiers, toute la journée du vendredi. Des résidents du Foyer de personnes âgées de la Bretauche ont également répondu favorablement à notre initiative. L’intergénérationnel nous parait également intéressant à développer. Un premier partenariat a été établi lors de la journée européenne des langues.

Pour cette première édition, la communauté éducative du collège va investir certaines salles de classe, la salle informatique, le CDI, le tiers-lieu salle Chytelman ainsi que le gymnase.

Pourquoi est-ce important ? Pourquoi fêter l’apprendre ?

Apprendre, c’est grandir. On apprend tous les jours. Apprendre c’est d’abord transmettre, donc créer du lien. Résilience, altruisme, réciprocité, esprit critique, écoute active sont autant de notions qui méritent d’être célébrées, amplifiées.

Comment allez-vous fêter l’apprendre ?

En créant des ponts, des passerelles entre élèves et adultes, entre compétences formelles et informelles, entre disciplines, entre générations, en cherchant à décloisonner au maximum, en sortant du tunnel routinier qui laisse trop peu de place à la coopération, à la collaboration, à la créativité, en permettant à chacun de valoriser ses savoirs et compétences, en remettant l’humain au centre du quotidien, en favorisant la réciprocité, le partage…

Au programme donc : le lancement dé échanges réciproques de savoirs en lien avec le numérique, une bibliothèque vivante, nos jeunes sapeurs-pompiers nous initient aux premiers soins (PLS, soin des plaies et brûlures), papercraft, origami, atelier d’écriture, construction d’un escape game multilingue par une classe de 4e, agriculture/viticulture raisonnée, engins motorisés et sécurité, danse et musique, apprendre à mieux se connaître (émotions, forces…), co-enseignement anglais-espagnol, « un métier : un geste » dans le cadre du Forum des métiers organisé par les parents d’élèves…

Et le mot de la fin ?

Hâte de vivre cette première édition ! Bon festival de l’apprendre à toutes et tous ! Sortez de votre zone de confort ! Partageons avec enthousiasme, plaisir, nos savoirs, savoir-faire, connaissances car nous avons tous à apprendre des uns et des autres.

Bonjour Angélique Libbrecht, vous êtes la pilote du festival de l’apprendre à Estaimpuis…

Photo Angélique Libbrecht fournie par elle-même. Autres photos Le blog site de l’école communale d’Estaimpuis

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Institutrice en 2ème primaire en Belgique et maitre de formation pratique dans une haute école, je suis adhérente au crap- cahiers pédagogiques mais aussi aux réseaux d’échanges réciproques de savoirs. Mon organisation de classe est largement inspirée du livre de S. Connac « Apprendre avec les pédagogies coopératives ». J’ai suivi plusieurs formations organisées par Claire Hébert Suffrin et son équipe aux RERS d’Evry.

Que fait-on à Estaimpuis au festival de l’apprendre ?

Le festival se passe dans mon école, avec une collègue et deux classes (une de 2ème primaire et une de 3ème maternelle).

  • Le jeudi 23/01 de 13h15 à 14h 45 Marché de connaissances

Marché de connaissances avec mes élèves de 2ème année. La semaine du 10 janvier, l’annonce a été faite aux élèves qu’il y aura un marché de connaissances. Étant donné que c’est une habitude, les élèves étaient ravis de connaitre la date. Les élèves sont actuellement en préparation des ateliers qu’ils proposeront aux autres élèves de leur classe. Lundi 20 janvier, les élèves choisiront les ateliers proposés par les autres élèves de la classe.

  • Le vendredi 24/01 de 8 h 45 à 10h Échanges réciproques de savoirs avec des élèves de 3ème maternelle ( GS) et de 2ème primaire (CE1)

45 élèves feront part aux autres de ce qu’ils savent et de ce qu’ils aimeraient savoir. Une mise en relation sera effectuée par ma collègue et moi–même. Répartis dans nos deux classes et en s’appuyant sur ce qui existe dans nos classes respectives au niveau du matériel, les élèves échangeront leurs connaissances.

Pourquoi est-ce important ? Pourquoi fêter l’apprendre ?

Pour moi, fêter l’apprendre, ce n’est pas l’histoire d’un jour, d’une semaine… Célébrer ce qui a été appris et ce que l’on aimerait apprendre doit faire partie du quotidien de l’élève. Je suis convaincue que les élèves aiment apprendre et qu’il faut arrêter de vouloir rendre à tout prix l’apprentissage ludique ! La vie réelle et les relations humaines sont pour moi de bien meilleurs « ingrédients » permettant de développer le goût de l’apprentissage. Apprendre devient un plaisir lorsqu’on a l’occasion de pouvoir répondre à des questions que l’on se pose ! Les élèves sont curieux et ont envie de découvrir leur environnement mais aussi celui de ceux qui leur sont proches. D’où l’importance pour moi d’organiser entre autre des réseaux d’échanges réciproques de savoirs et des marchés de connaissances.

Apprendre est un plaisir lorsque l’erreur est autorisée, la coopération existe vraiment et que la bienveillance et l’exigence font également partie du décor. En tant qu’adulte, nous n’apprenons quasi jamais seuls alors pourquoi les élèves devraient-ils apprendre de manière individualiste et tous au même rythme ?

Participer, c’est l’occasion de rappeler qu’au 21ème siècle, l’enseignant n’est plus le seul à détenir des connaissances en classe. Les échanges de savoirs et les marchés de connaissances appuient le fait que nous pouvons apprendre à tout âge et dans n’importe quel lieu. On apprend partout et avec tout le monde ! Les plus petits apprennent des choses aux plus grands et l’inverse est également possible. Au plus, ces activités sont vécues, au plus les élèves sont attentifs aux personnes qui les entourent. Ils vont plus spontanément vers les autres pour leur demander ce qu’ils savent et ne savent pas et ce même lorsque je n’organise pas l’activité. Ils le font dans des temps informels. Lorsqu’un enfant raconte en classe qu’il a fabriqué quelque chose à la maison ou qu’il a été voir un musée… il arrive fréquemment que certains interpellent en demandant si la personne accepterait d’expliquer cela au marché de connaissances.

Faire vivre des marchés de connaissances et des réseaux d’échanges réciproques de savoirs aux élèves, c’est aussi une opportunité de créer des liens avec ce qui est appris en famille et ce qui s’apprend en classe.

Bonjour Magali, vous êtes la pilote du Festival de l'apprendre à Ganges…

Qui êtes-vous en quelques mots ?

L’IFAD de Ganges, dans l’Hérault, est un centre de formation qui développe, anime des actions d’accompagnement de projet professionnel, de formation, d’insertion, de création d’activité et de développement local. Notre site : http://www.ifad-g.fr/

Et je suis Magali Sabatier, formatrice en développement durable et en gestion des projets mais aussi globe-trotteuse 😉

Que fait-on dans votre festival ?

Avec un groupe d’apprenants en formation professionnelle sur le poste de Chargé(e) d’Accueil Touristique, nous travaillerons sur le concept de paysage et d’environnement, ses types de représentation. Comment un professionnel du tourisme qui évoque un paysage exprime sa vision du lieu ? Cette vision sera liée à divers facteurs (culturel, politique, éducatif…). Pendant 15 jours, ce groupe préparera un support « Mon environnement pour les nuls » !

Suite aux ateliers « l’environnement pour les nuls », les stagiaires présenteront les créations au public d’apprenants. Cette animation se déroulera sur une 1⁄2 journée. Elle devra susciter des émotions ressenties, des rêves, des souvenirs, l’envie du voyage et de la découverte.

Le festival aura lieu du 12 au 31 janvier. Nous sommes donc les premiers à lancer le Festival de l’apprendre ! Et nous menons ce festival dans nos locaux, à l’IFAD Ganges place Jules Ferry 34190 GANGES.

Pourquoi est-ce important ? Pourquoi fêter l’apprendre ?

Notre rapport aux autres change. L’utilisation d’outils numériques rend le touriste solitaire. Proposer des supports adaptés associant diverses techniques fait passer un message qui se fixe dans l’inconscient de la personne.

Fêter l’apprendre pour faire rêver, stimuler notre imagination, vivre une expérience partagée !

Et le mot de la fin ?

Se faire plaisir en donnant du plaisir aux autres

Bonjour Maryse Morin, vous êtes l'animatrice de l'atelier Parler italien tout en cuisinant…

Bonjour Maryse, Vous animez un des 20 ateliers du Festival de Sèvres. Qu’avez-vous choisi de montrer, de partager ?

J’ai choisi de montrer :

  • l’apprentissage d’une langue, l’italien, par la participation à une activité et par l’échange,
  • une activité simple, celle de la fabrication de pâtes, un symbole culturel fort !

Pourquoi avoir choisi de montrer cela ?

J’ai choisi de montrer une manière d’apprendre par un détour :

  • tout d’abord, les apprenants communiquent, échangent, expérimentent,
  • puis je fournis les ressources pour aller plus loin et pour réutiliser ce qui a été appris dans d’autres contextes.

C’est une activité que je mets souvent en pratique et que j’essaie sans cesse d’améliorer pour aider les apprenants à pratiquer une langue, à s’approprier une autre culture en toute confiance. C’est également un levier pour faciliter la mémorisation. Enfin, « l’atelier pâtes » est vraiment convivial et aidant pour se sentir en immersion !

Et si on veut continuer à partager avec vous, après le festival, comment faire ?

  • Sur instagram : @maryse_it
  • Sur linkedin : maryse morin
  • Sur twitter @Italieloire
  • Avec d’autres activités du Cercle APE tout comme celle du « World café 2018 » auquel j’avais participé et que j’avais trouvé très intéressant !

Merci et bon festival ! Merci à vous et à bientôt ! Grazie a tutti voi e a presto!

Bonjour Hélène Paumier, vous êtes l'animatrice de l'atelier EPALE…

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Je m’appelle Hélène  PAUMIER. Je suis chargée d’animation de la plateforme EPALE. Ingénieure de formation pour adultes et passionnée par l’éducation tout au long de la vie, j’ai la chance d’évoluer dans un univers européen à l’Agence Erasmus+ France/ Éducation Formation.

Vous animez un des 20 ateliers du Festival de Sèvres. Qu’avez-vous choisi de montrer, de partager ?

Pour cette première édition, les festivaliers auront l’occasion de découvrir un outil collaboratif européen, EPALE, destiné aux acteurs de l’éducation et de la formation des adultes. Il réunit une communauté de praticiens de la formation qui alimente la plateforme numérique de leurs expériences, questionnements et pratiques.

Je propose aux participants de découvrir en 25 minutes les principales fonctionnalités de la plateforme pour qu’ils puissent enrichir leurs pratiques et réflexions et réciproquement apporter à la communauté européenne.

Et parce qu’apprendre est une fête nous naviguerons sur EPALE sous forme de jeu ; alors quelle équipe sera la grande vainqueure  ?

Pourquoi avoir choisi de montrer cela ?

EPALE est la plus grande communauté d’acteurs de l’éducation et de la formation des adultes. L’outil est gratuit, multilingue et alimenté par et pour les personnes agissant pour la formation tout au long de la vie. Cette diversité d’acteurs et de niveaux d’interventions auprès d’apprenants adultes en fait un espace numérique d’une grande richesse. Actualités de la formation nationale et européenne, interview d’acteurs, communautés de pratiques, matériels pédagogiques, formations et événements, discussions thématiques… les ressources sont nombreuses.

En plus d’apprendre et de s’inspirer d’autres homologues européens, EPALE est un excellent outil de valorisation de ses propres activités et permet d’apporter un rayonnement européen à ses pratiques.

Et si on veut continuer à partager avec vous, après le festival, comment faire ?

Vous pouvez me contacter par mail helene.paumier@agence-erasmus.fr, demandez à recevoir la newsletter EPALE à epale@agence-erasmus.fr et être informé des rencontres thématiques et webinaires que nous organisons autour d’actualités de l’éducation tout au long de la vie. Et bien sûr partagez sur la plateforme EPALE !

Merci et bon festival !

Bonjour Fabien Beltrame, vous êtes l'animateur de l'atelier "surpassez votre empan mnésique !"…

Photo wikipedia de George Miller. Autres photos #cercleAPE

Vous animez un des 20 ateliers du Festival de Sèvres. Qu’avez-vous choisi de montrer, de partager ?

Pour illustrer le thème de l’apprendre, j’ai choisi de mettre les participants en situation… d’apprendre.

L’idée est de tester une loi scientifique en psychologie : la loi de Miller sur la MCT (mémoire à court terme). La MCT ne permet de retenir qu’un nombre fini et relativement petit d’éléments. Nous allons, dans un premier temps, tester et vérifier cette loi. Et dans un second temps, nous allons utiliser une « astuce » qui permet de dépasser cette limite et retenir un bien plus grand nombre d’éléments.

Cette astuce pouvant être utilisée très facilement dans notre quotidien, j’espère ainsi contribuer au développement du célèbre : « apprendre à apprendre ».

Pourquoi avoir choisi de montrer cela ?

C’est une « astuce » que j’utilise, lors des pauses pour ressourcer l’attention, dans mes interventions à l’université. Les étudiants l’apprécient beaucoup pour deux raisons :

  • Ils se découvrent, en situation réelle, une capacité de mémoire bien supérieure à ce qu’ils s’imaginent ;
  • Et c’est une technique qui leur facilite leur vie d’étudiant lorsqu’ils doivent préparer des examens.

Et si on veut continuer à partager avec vous, après le festival, comment faire ?

C’est avec grand plaisir que je répondrai à toutes les sollicitations. On peut continuer à partager avec moi via mon profil Linkedin https://www.linkedin.com/in/fabien-beltrame/, mon Facebook Pro https://www.facebook.com/fabien.beltrame.165 ou bien encore commenter les articles que je publie sur la plateforme EPALE https://epale.ec.europa.eu/fr/search/site/beltrame?f%5B0%5D=is_uid%3A6666

Merci et bon festival !

Bonjour Christian Martin, vous êtes l'animateur de l'atelier High Speed Coaching…

Photos fournis par Christian Martin et saisie d’écran depuis son site https://www.eumathos.com

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Je m’appelle Christian MARTIN, né en Bretagne, j’ai beaucoup voyagé, et aujourd’hui je vis en Allemagne depuis 5 ans. En Allemagne, on me connait comme Learning Coach.

L’apprentissage est ma passion de toujours : d’abord, dans le domaine sportif, puis dans les langues vivantes (qui sont devenues un hobby), et finalement dans le cadre de la formation d’adultes en utilisant les nouvelles technologies, mon métier depuis 1984.

En France, je suis connu pour mon expertise dans le domaine du e-learning et mon expérience du e-tutorat. En 2007, j’ai créé la société Eumathos qui est aujourd’hui domiciliée à Versailles. Je travaille à distance depuis l’Allemagne pour 90% de mon temps.

Vous animez un des 20 ateliers du Festival de Sèvres. Qu’avez-vous choisi de montrer, de partager ?

J’ai choisi d’illustrer ce qui pourrait être une autre manière d’apprendre une langue. Cet atelier s’adresse à de vrais débutants en allemand. Il met les participants en situation de communication authentique (réelle ou simulée dans des jeux de rôles), utilise aussi la chanson et des cartes (France, Allemagne, Europe / Afrique) comme support d’aide à la mémorisation.

Pourquoi avoir choisi de montrer cela ?

L’apprentissage d’une langue présente des particularités en termes d’apprentissage qui mettent en évidence l’importance de la répétition et de la fréquence des interactions. Je pense que cela vaut pour la plupart des apprentissages. Avec le même budget temps (réparti autrement), on pourrait faire beaucoup mieux : en concentrant les apprentissages linguistiques (langue vivante 1 et langue vivante 2, 3) plus tôt et plus fort dans la scolarité, et en utilisant des méthodes ludiques avec des « natifs », en faisant des langues apprises de VRAIS moyens de communication, dans des situations authentiques.

Pourquoi High Speed Coaching ?

Parce que les séances sont courtes, et visent un maximum d’efficacité en exploitant à plein la capacité de concentration des apprenants sur une courte durée (10 à 15 minutes).

Et si on veut continuer à partager avec vous, après le festival, comment faire ?

Le plus simple est de m’envoyer un e-mail christian.martin@frenchcoach.de ou alors, de prendre contact avec moi sur LinkedIn en mentionnant notre rencontre au festival. Profil Linkedin : https://www.linkedin.com/in/christianmartinfrenchcoach/

[A noter, Christian Martin tient aussi un blog que l’on peut suivre ici https://www.eumathos.com/blog/ ou depuis ses posts sur LinkedIn]

Bonjour Stéphanie Picard, pilote du festival de l’apprendre à Lure

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Je suis formatrice et coordonnatrice de l’Atelier de Pédagogie Personnalisée APP de Lure en région Bourgogne-Franche-Comté. J’interviens dans des dispositifs de mise à niveau pour adultes, qui permettent l’accès aux savoirs de base et compétences clés européennes.

Nous accueillons des demandeurs d’emploi, mais aussi des salariés. Certains d’entre eux sont en situation de handicap.

Que fait-on durant votre festival ?

Nous organisons des ateliers, en lien avec la découverte du langage des signes le 24 janvier, Journée internationale de l’éducation. Le Festival a lieu dans nos locaux, à l’APP de Lure – Greta Haute Saône & Nord Franche Comté, 15 rue de la Métairie 70200 Lure.

Pourquoi est-ce important ? Pourquoi fêter l’apprendre ?

L’éducation, la formation tout au long de la vie, le développement professionnel et la construction de nouvelles compétences nécessaires aux métiers de demain sont indispensables au progrès économique et social.

Nous sommes convaincus que le partage, la coopération, l’ouverture, facilitent les apprentissages.

Comment allez-vous fêter l’apprendre ?

Nous allons fêter l’apprendre de deux manières :

  • Apprendre ensemble (stagiaires, formateurs, personnels de la structure, mais aussi prescripteurs, partenaires) ;
  • Apprendre la Langue des Signes Française (LSF), reconnue comme une langue depuis la loi du 11 Février 2005 sur l’égalité des droits et des chances. En milieu professionnel, l’usage de la LSF est une démonstration de qualité, de compétence et de respect, y compris de la loi. Et il y a de véritables besoins.

Et le mot de la fin ?

Cette fête de l’apprendre sera pour nous un moyen de fédérer tous nos apprenants des divers dispositifs autour d’une même thématique.

Inscriptions ouvertes pour Sèvres

Fêter l’apprendre à sèvres le 25 janvier 2020

De 13h30 à 18h00, à Sèvres, venez fêter l’apprendre sous le signe du développement durable.

La fête de l’apprendre de Sèvres est avant tout le partage avec une trentaine de passionnés de l’apprendre, volontaires pour nous faire découvrir des manières d’apprendre et membres du CercleAPE.

« Du ‘Kamishibaï’ à « Quel troll ce noob ! » en passant par l’ « éco-coquille végétale », une quizaine d’ateliers sont proposés à Sévères. D’une durée de 20 minutes à une heure, venez échanger / partager sur de sujets variés : Apprendre, Environnement, Langage…

Venir à Sèvres

Pour venir à France Education International, vous trouverez ici un plan d’accès. Pour limiter l’empreinte carbone de l’événement, nous vous invitons à venir en transports en commun, en vélo, en covoiturage 😉

200 places disponibles

Gratuit…

Le festival de l’apprendre est bien sûr un événement gratuit pour tous ! Nous mettrons à disposition une cassette pour une participation en conscience pour couvrir les frais (location des locaux surtout). Mais on n’est pas obligé !

mais sur inscription

Le Festival a lieu dans les locaux de France Éducation International à Sèvres. Pour venir, cela se passe ici. Mais nous sommes dans des locaux qui ne peuvent pas contenir plus de 200 festivaliers ! Nous vous demandons donc de vous inscrire (pièce d’identité demandée à l’entrée) pour être sûr d’accueillir tout le monde.

Inscription avec ce lien : https://t.co/wWVY0qNBiW

Pour le bien vivre ensemble

Entre votre inscription et le 25 janvier, il est possible que vous ne puissiez plus venir, que vous aillez une obligation. Pas de problème !

Mais surtout merci de nous envoyer un mail à cercleape@gmail.com pour vous décommander que nous puissions accueillir d’autres festivaliers ! On vous remercie de ce petit mail si important pour nous.

Pour les autres festivals

Chaque festival gère à sa façon, par inscription, sans. Pour trouver les dates, lieux des différents festivals, vous trouvez toutes les informations ici.

Le calendrier des manifestations

Retrouvez les manifestations lieu par lieu

Avec toutes les informations disponibles à date pour en savoir plus sur la nature des manifestations, les dates, les lieux, ce que l’on fête, s’inscrire…

Calendrier cliquable au 12 janvier 2020

Vous pouvez cliquer sur le calendrier ou sur le lien ci-dessous pour voir les festivals confirmés et plus de détails sur le lieu, le contact possible, les dates de ces Festivals, les inscriptions
https://www.dropbox.com/s/e2a6zw0r5ktfp95/Calendrier.pdf?dl=0

Avec l’engagement de nos partenaires

Toutes ces manifestations sont soutenues et mises en oeuvre par un écosystème d’acteurs qui souhaitent fêter l’apprendre en mobilisant des moyens, des ressources, des équipes, des bénévoles et des bonnes volontés. Bravo à tous !

Communication autour des Festivals de l’apprendre

La carte des festivals a jour

Pour retrouver les lieux et éléments sur les festivals, la carte des festivals est toujours maintenue jour.

Donner de la visibilité aux Festivals en région

Nous souhaitons donner le maximum d’échos à toutes les initiatives en région. Pour cela, nous réalisons des interviews des coordinateurs des Festivals. Voici les interviews déjà parues :

  • Anna Vetter, la présidente du cercle Apprendre Ensemble nous parle des Festivals et du festival de Sèvres ;
  • Le mouvement des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs® nous dit son investissement de longue pour partager l’apprendre et pourquoi il s’associe à Sèvres ;
  • Lyon avec les réponses d’Angélique Figari qui coordonne un festival multi-acteurs du 23 au 31 janvier 2020 dans différents lieux d’activités ;
  • Toulouse avec Guillain Praseuth rejoint par Marie-Christine Llorca d’AGO Formation bien connue du Cercle APE ;
  • Rouen avec une équipe qui apprend et festoie animée par Jean Vanderspelden, vice-président du Cercle APE ;
  • Bègles près Bordeaux avec Valérie Gabillard de Pédagoform qui s’appuie sur l’espace CoMeeting de Bègles dirigé par Emmanuelle Zenouda.

Nous publierons dans les prochains jours les interviews pour Rennes, Nanterre, Lodève, Chablis…

Un calendrier du 20 au 31 janvier 2020

Nous avons produit un calendrier de toutes les manifestations avec horaire, lieu, ce que l’on fête. Vous le trouverez ici.

Avoir des outils de communication par Festival

Nous travaillons à un flyer de communication à décliner selon les projets régionaux. Pour les différents projets, nous vous proposons de vous saisir de ces affiches à télécharger et utiliser si vous le souhaitez.

Ils parlent de nous… et nous parlons d’eux

Le CRI se mobilise avec la volonté de mettre en valeur chaque 24 janvier le #LearningPlanetFestival en mettant en lumière une collection d’événements et d’initiatives qui fêtent l’apprendre, la connexion et les actes en faveur d’objectifs de développement durable.

Vous pourrez trouver plus d’information sur ce Learning Planet Festival ici https://www.learning-planet.org/festival

Et d’appeler à organiser des événements locaux lors de la journée internationale de l’éducation. Le CRI rend compte des Festivals portés par le Cercle Apprendre Ensemble. Merci à eux !

Apprenons et festoyons prochainement ensemble à Rouen !

Photos CercleAPE, site Education & Formation Rouen

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Après avoir travaillé pendant plus de 25 ans au sein de la mission nationale des Ateliers de Pédagogie Personnalisée (APP), depuis 2010, je suis un consultant indépendant. Mon champ d’actions porte sur Apprenance, FOAD / AFEST, Numérique et Territoires pour le développement de l’innovation pédagogique dans les actions de formation multimodale des adultes. Mon site professionnel est www.iapprendre.fr

En 2016, j’ai eu la chance d’être le facilitateur du cercle normand «Apprendre ensemble» et, aujourd’hui, je suis vice-président de l’association nationale «Cercle APE».

Vous avez voulu fêter l’apprendre au travers d’un festival A Rouen, Qu’y fait-on ?

D’abord, je souhaite dire que la mise en place de ce prochain festival nous a permis, dans une certaine continuité et souplesse, de réactiver le cercle APE Normand. C’est un réel plaisir de retrouver mes « compagnons » pour cette nouvelle aventure. Sur nos temps libres et en fonction de nos disponibilités, nous nous sommes mobilisés pour poser les bases de cette prochaine rencontre festive, participative et créative. Depuis septembre 2019, nous nous sommes réunis tous les mois dans notre lieu habituel, l’Espace de co-working « Now », boulevard des belges au cœur de Rouen.

Nous allons célébrer et illustrer notre capacité multimodale d’apprendre ensemble tout au long de nos vies. Chaque participant·e est invité·e à témoigner sur une « approche décalée » pour mieux apprendre. Ces interventions seront courtes pour donner envie de s’intéresser à une démarche, une pratique, un dispositif ou autre. Toute personne qui croit à l’importance de la qualité et la diversité des apprentissages dans notre société sera la bienvenue…

Quand a lieu ce festival de l’apprendre ?

Le Festival de l’Apprendre de Rouen a lieu le jeudi 23 janvier 2020 dans les locaux mis à disposition gracieusement par l’organisme de formation normand Éducation et Formation. Nous avons choisi la formule 17h00 – 19h00 (suivi d’un verre de «l’amitié apprenante», avec du cidre breton, très probablement !) pour un groupe diversifié d’une cinquantaine de personnes. Les inscriptions en ligne gratuites seront ouvertes dès le 6 janvier 2020.

Comment allez-vous fêter l’apprendre ?

Dès maintenant, nous avons ouvert un «Espace collaboratif» en ligne avec Framapad. Il rassemble différentes informations sur la manière dont nous allons fêter l’apprendre : ensemble ! Il s’agit d’un Pad public d’information et de promotion de notre festival avec des premiers exemples d’intervention proposées. L’URL est https://urlz.fr/aPHP, URL déjà active sur la carte nationale du Cercle APE qui s’enrichit, jour après jour ! Nous invitons les normands à proposer, dès maintenant, leur possible intervention sur cet espace collaboratif avec leur nom, prénom et email.

Et le mot de la fin ?

Nous sommes tous apprenants et apprenons dans une multitude de circonstances. Bref, «nous sommes nés pour apprendre» [1] comme dit Hélène Trocmé-Fabre, nés pour découvrir, pour reconnaître les lois de la nature, pour s’organiser, pour créer du sens, pour choisir ou pour innover. Cette florissante palette fertile mérite bien un temps de célébration festif. Il s’agit de se rappeler qu’apprendre ne se réduit pas à connaître ou à se diplômer…

Jean Vanderspelden interviewé par René-Paul Arlandis – Le 23 novembre 2019.

[1] Extrait : https://cercleape.com/2019/08/31/pourquoi-organiser-un-festival-de-lapprendre-en-janvier-2020/

Contacts pour plus d’informations :

  • Hecquard Françoise : francoise.hecquard@gmail.com
  • Rampion Frédéric : f.rampion@educationetformation.fr
  • Singeot Guillaume : guillaumesingeot@gmail.com
  • Vanderspelden Jean : jean.vanderspelden@free.fr – 06 42 27 59 72
  • ou https://urlz.fr/aPHP

Bonjour Valérie, vous êtes pilote du festival de l’apprendre à Bègles près Bordeaux

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Valérie Gabillard. Je travaille dans l’environnement de la formation pour adultes depuis 22 ans. J’ai exercé tour à tour les missions de formatrice, responsable pédagogique, responsable formation, conseillère formation, référente à la certification professionnelle pour accompagner structures et personnes vers le développement et l’acquisition des compétences.

J’ai créé PEDAGOFORM (Pédagogie et Formation) en 2009 pour initier un réseau de partage d’idées et d’expériences autour des pratiques en formation et de la Pédagogie. Les échanges réciproques ont entraîné de belles rencontres et la conviction qu’Apprendre participe au développement personnel de tous ceux qui souhaitent s’initier à une nouvelle pratique, se reconvertir professionnellement, conforter leurs acquis, acquérir un diplôme ou trouver des outils ou des postures pour un mieux-être dans leur activité professionnelle et dans leur vie.

Que fait-on à Bègles au festival de l’apprendre ?

Brain Gym, Design Thinking, Numérique, Ludo-pédagogie, Lego Serious Play, Apprendre par le mouvement, Apprendre en Europe, Conversation guidée sur les multiples façons d’apprendre pour se réaliser seront les différents ateliers qui seront proposés.

Bien entendu, la fête sera au rendez-vous pour tous ceux qui ont envie de nous rejoindre et qui partagent cette idée qu’Apprendre peut animer nos vies, que l’on soit jeune ou plus âgé. Toute l’équipe est impatiente d’accueillir les participants.

Quand a lieu ce festival de l’apprendre ?

Le festival de l’apprendre se déroulera le samedi 25 janvier 2020.

Où cela se passe-t-il ?

L’Espace CoMeeting à Bègles nous accueillera. Emmanuelle Zenouda, la responsable du lieu, soutient le Festival de l’Apprendre et nous ouvre ses portes en nous prêtant cet espace, aux couleurs chaleureuses et à l’espace convivial. Tout près de Bordeaux, dans un écrin de verdure, nous pourrons ainsi tranquillement partager et nous retrouver, tous ceux et celles qui ont envie de faire de ce jour une fête.

Pourquoi est-ce important ? Pourquoi fêter l’apprendre ?

Au fur et à mesure des années, j’ai rencontré plusieurs personnes qui ont transformé leur vie grâce à un apprentissage. L’une d’entre elles viendra témoigner.

Par ailleurs, apprendre peut constituer un acte fort de développement personnel quand on réalise toutes les potentialités que l’on a en soi et tout ce que l’on peut accomplir vers un but précis et défini, que l’on soit une personne ou une équipe de travail.

Enfin, il existe tellement de façons d’apprendre quand beaucoup ont encore l’idée qu’on apprend exclusivement avec un papier et un stylo ! C’est la magie de la pédagogie de pouvoir s’adapter à l’environnement de chacun pour mieux apprendre. Alors pour toutes ces raisons, faisons de l’Apprendre un moment de joie à la hauteur de la joie qu’il peut procurer.

Comment allez-vous fêter l’apprendre ?

Plusieurs ateliers seront proposés aux participants de la journée, qu’il soit adulte ou enfant.

Le Festival est ouvert aux professionnels de la formation, de la pédagogie, aux parents et à leurs enfants, aux jeunes, aux salariés, aux demandeurs d’emploi et également aux structures et aux entreprises qui ont à cœur de favoriser les apprentissages et qui croient en cette idée qu’une dynamique qui promeut la formation tel un levier de développement personnel, favorise l’envie de se former et de développer ses compétences pour être « mieux » dans sa pratique professionnelle ou « mieux » dans son développement continu d’acquisition des compétences.

Le matin, les participants pourront effectuer 3 ateliers de leur choix en 45 minutes quand, en après-midi, chacun pourra aller à la rencontre des animateurs d’ateliers pour poser ses questions ou expérimenter. Puis un temps fort pour se rappeler de ce moment commun.

Nous favoriserons un temps d’échange et de partage entre « festivaliers de l’apprendre » car le festival ne peut pas accueillir toutes les approches et il sera justement l’occasion pour ceux qui n’ont pas pu animer un atelier de nous expliquer leurs projets, leurs idées en devenir et leur façon d’envisager l’Apprendre. Bref, un festival placé sous l’angle du partage avant tout !

Et le mot de la fin ?

Que l’Apprendre soit une fête !

Bonjour Guilain, vous êtes le pilote du festival de l’apprendre à Toulouse…

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Bonjour, je suis Guilain Praseuth, ingénieur pédagogique à TBS, Ecole de management dont le campus principal est situé à Toulouse.

J’accompagne les équipes pédagogiques dans la conception et l’expérimentation de nouveaux dispositifs pédagogiques (ex : serious game, escape game, hackaton, blended learning…) mais également l’institution dans le développement d’une dynamique collective autour de la pédagogie et l’innovation (animation d’atelier, de formation, learning lab, etc.).

Que fait-on à Toulouse au festival de l’apprendre ?

A TBS, nous organisons l’Innovation Day, une journée consacrée à la pédagogie et à l’innovation qui a pour principal objectif d’inspirer et fédérer les participants autour du plaisir d’apprendre et d’enseigner.

Durant cette journée, il y aura entre autres des ateliers pédagogiques, un concours ‘mon innovation en 180 secondes’, une exposition créative portée par les étudiants, une conférence interactive de Jean-Luc Berthier, expert en sciences cognitives sur ‘Comment le cerveau apprend-il ?’ et d’autres surprises.

Quand a lieu ce festival de l’apprendre ?

Le vendredi 24 janvier 2020. Le lieu est connu : A Toulouse, à TBS, 20 boulevard Lascrosses. Nous vous en dirons plus sur l’horaire et les modalités d’inscription sur notre site et sur http://www.cercleAPE.com

Pourquoi est-ce important ? Pourquoi fêter l’apprendre ?

Fêter l’apprendre, c’est une manière de remettre au centre le plaisir et les émotions positives que procurent la curiosité et l’apprentissage de nouvelles choses. Ce plaisir est contagieux. Une fête de l’apprendre permet de toucher positivement tous les participants !

Et le mot de la fin ?

Vous êtes les bienvenus à TBS Toulouse le 24 janvier 2020 mais également toute l’année car, c’est un secret, mais on fête l’apprendre tous les jours ici !

Bonjour le mouvement des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs®…

Photos RERS issues de http://www.rers-asso.org/ et du journal Le lien Inter-Réseaux n°33 d’octobre 2019

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Bonjour, nous, Claire HEBER-SUFFRIN, Tina STELTZLEN, Fatima KADRI et moi, Patricia BLEYDORN-SPIELEWOY, sommes animateurs du mouvement des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs®, basé à Evry (91).

Claire Héber-Suffrin, qui a initié ce mouvement dans et autour de sa classe et dans la ville d’Orly il y a bientôt 50 ans de cela, a continué à élaborer une théorisation de cette démarche pédagogique, citoyenne et sociale de ces réseaux avec Marc Héber-Suffrin, son mari et de nombreux créateurs de réseaux. Elle intervient très souvent auprès de nombreux établissements scolaires, de la maternelle au lycée et même de facultés aux quatre coins de la France.

Tina, co-présidente du mouvement, coordonne les actions d’accompagnement éducatif en collèges à Mulhouse (68).

Fatima pratique cette pédagogie en maternelle. Elle a publié récemment, avec Claire et Marc Héber-Suffrin et Nicole Desgroppes « Échanger les savoirs à l’école maternelle – La réciprocité dans les apprentissages » aux éditions Chronique sociale.

Quant à moi, je co/organise les rencontres « École » de notre mouvement et j’ai démarré les actions d’accompagnement éducatif en réciprocité sur Mulhouse. Maintenant j’enseigne en lycée sur Strasbourg. J’aime pratiquer cette pédagogie en milieu scolaire.

Que fait votre association ? Quelle est son activité ?

Notre association est à la fois un mouvement pédagogique et un mouvement d’éducation populaire. Elle favorise les apprentissages dans tous les temps et toutes les situations de la vie, en étant attentive à celles et ceux qui paraissent être les plus éloignés de nombre d’apprentissage, de la reconnaissance sociale, de l’engagement, en s’appuyant sur l’appétence à apprendre ; sur les proximités relationnelles qui dédramatisent des savoirs ; sur la fierté d’être reconnus comme porteurs de savoirs utiles aux autres ; sur le questionnement des représentations du savoir, de l’Apprendre, du transmettre… et surtout sur la réciprocité comme démarche d’apprentissage.

Apprendre et transmettre de tous, pour et par tous : tels sont les mots clés des Réseaux d’Échanges Réciproques de savoirs. La réciprocité est bien le cœur de notre pratique : chacun y est offreur et demandeur de savoirs et, dans ces deux rôles, renforce ses apprentissages.

Vous avez souhaité participer au festival de l’apprendre A Sèvres qu’anime le cercle APE. Pour quelle raison ?

Nous avons souhaité participer au festival de l’apprendre pour plusieurs raisons :

  • Parce qu’en effet « Apprendre » nous semble aussi au cœur de toute société démocratique ;
  • Pour rencontrer d’autres associations, d’autres porteurs de projets qui pensent qu’apprendre doit être une possibilité pour tous et pourrait davantage être une fête ;
  • Parce que depuis quelques années, nous organisons, dans différentes régions du pays des « Fêtes des savoirs partagés » qui sont proches, quant à l’état d’esprit, du projet de « Fêtes de l’apprendre » ;
  • Pour mieux faire connaître notre façon de pratiquer ce plaisir d’apprendre.

Pourquoi est-ce important ? Pourquoi fêter l’apprendre ?

Il nous semble important de se relier entre associations, mouvements pédagogiques qui réfléchissent à l’idée d’associer du plaisir, de l’engagement et de la solidarité à l’acte même d’apprendre.

Dans nos réseaux et notre mouvement citoyen, nous avons l’habitude de mesurer la pertinence et les effets de notre démarche en nous formant ensemble, en travaillant à devenir des « citoyens / enseignants / chercheurs / éthiciens » de nos propres pratiques : la réciprocité pédagogique, les compétences d’animateurs de réseaux… Nous essayons d’agir dans une boucle vertueuse et constante pour « Se relier, apprendre, agir et créer ». En nous appuyant sur notre histoire et nos expériences, nous nous plaçons dans une posture et une démarche contemporaine et prospective, en prise avec les questions actuelles.

Et c’est tout naturellement que nous cherchons donc à nous relier à d’autres mouvements pour mettre en perspective notre pratique et continuer à apprendre, à faire ensemble, autrement…

Quel est votre investissement sur ce festival de l’apprendre ?  Comment allez-vous fêter l’apprendre ?

Sur Sèvres, nous proposerons :

Des ateliers de 30 minutes qui se succèderont dans le même lieu et proposeront plusieurs entrées dans notre démarche :

  • L’un animé par des élèves de collèges de Mulhouse (68) ;
  • Un autre mettant en situation de vivre les conditions du partage des savoirs ;
  • Un troisième autour de la question « Comment démarrer un réseau d’échanges réciproques de savoirs, dans la vie sociale et dans l’école.

Ces ateliers inviteront les visiteurs du festival à prendre une part active à des échanges réciproques de savoirs.

Nous proposerons aussi une conférence organisée autour de vidéos, de témoignages et d’analyse de la démarche pédagogique de réciprocité.

Et enfin, nous aurons aussi un espace d’exposition.

Et le mot de la fin ?

Nous serons très heureux de participer à ce festival, où nous rencontrerons d’autres mouvements pédagogiques, nous découvrirons d’autres pratiques qui vont dans le sens de faire de l’Apprendre une fête.

  • Pour en savoir plus sur notre mouvement : https://www.rers-asso.org/
  • Les Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs – Comment les entreprises pourraient s’en emparer ? par Claire Héber-Suffrin Cofondatrice des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs®. Vidéo sur le site de l’Université Ouverte Des Compétences https://frama.link/ClaireHeberSuffrin
  • Pour en savoir plus sur notre pédagogie, telle que déployée à l’école : https://www.rers-asso.org/l-ecole.htm
  • Nous souhaitions signaler également notre festival des savoirs, que nous organisons maintenant depuis 2014 cf. dossier de presse ci-dessous