Bonjour le mouvement des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs®…

Photos RERS issues de http://www.rers-asso.org/ et du journal Le lien Inter-Réseaux n°33 d’octobre 2019

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Bonjour, nous, Claire HEBER-SUFFRIN, Tina STELTZLEN, Fatima KADRI et moi, Patricia BLEYDORN-SPIELEWOY, sommes animateurs du mouvement des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs®, basé à Evry (91).

Claire Héber-Suffrin, qui a initié ce mouvement dans et autour de sa classe et dans la ville d’Orly il y a bientôt 50 ans de cela, a continué à élaborer une théorisation de cette démarche pédagogique, citoyenne et sociale de ces réseaux avec Marc Héber-Suffrin, son mari et de nombreux créateurs de réseaux. Elle intervient très souvent auprès de nombreux établissements scolaires, de la maternelle au lycée et même de facultés aux quatre coins de la France.

Tina, co-présidente du mouvement, coordonne les actions d’accompagnement éducatif en collèges à Mulhouse (68).

Fatima pratique cette pédagogie en maternelle. Elle a publié récemment, avec Claire et Marc Héber-Suffrin et Nicole Desgroppes « Échanger les savoirs à l’école maternelle – La réciprocité dans les apprentissages » aux éditions Chronique sociale.

Quant à moi, je co/organise les rencontres « École » de notre mouvement et j’ai démarré les actions d’accompagnement éducatif en réciprocité sur Mulhouse. Maintenant j’enseigne en lycée sur Strasbourg. J’aime pratiquer cette pédagogie en milieu scolaire.

Que fait votre association ? Quelle est son activité ?

Notre association est à la fois un mouvement pédagogique et un mouvement d’éducation populaire. Elle favorise les apprentissages dans tous les temps et toutes les situations de la vie, en étant attentive à celles et ceux qui paraissent être les plus éloignés de nombre d’apprentissage, de la reconnaissance sociale, de l’engagement, en s’appuyant sur l’appétence à apprendre ; sur les proximités relationnelles qui dédramatisent des savoirs ; sur la fierté d’être reconnus comme porteurs de savoirs utiles aux autres ; sur le questionnement des représentations du savoir, de l’Apprendre, du transmettre… et surtout sur la réciprocité comme démarche d’apprentissage.

Apprendre et transmettre de tous, pour et par tous : tels sont les mots clés des Réseaux d’Échanges Réciproques de savoirs. La réciprocité est bien le cœur de notre pratique : chacun y est offreur et demandeur de savoirs et, dans ces deux rôles, renforce ses apprentissages.

Vous avez souhaité participer au festival de l’apprendre A Sèvres qu’anime le cercle APE. Pour quelle raison ?

Nous avons souhaité participer au festival de l’apprendre pour plusieurs raisons :

  • Parce qu’en effet « Apprendre » nous semble aussi au cœur de toute société démocratique ;
  • Pour rencontrer d’autres associations, d’autres porteurs de projets qui pensent qu’apprendre doit être une possibilité pour tous et pourrait davantage être une fête ;
  • Parce que depuis quelques années, nous organisons, dans différentes régions du pays des « Fêtes des savoirs partagés » qui sont proches, quant à l’état d’esprit, du projet de « Fêtes de l’apprendre » ;
  • Pour mieux faire connaître notre façon de pratiquer ce plaisir d’apprendre.

Pourquoi est-ce important ? Pourquoi fêter l’apprendre ?

Il nous semble important de se relier entre associations, mouvements pédagogiques qui réfléchissent à l’idée d’associer du plaisir, de l’engagement et de la solidarité à l’acte même d’apprendre.

Dans nos réseaux et notre mouvement citoyen, nous avons l’habitude de mesurer la pertinence et les effets de notre démarche en nous formant ensemble, en travaillant à devenir des « citoyens / enseignants / chercheurs / éthiciens » de nos propres pratiques : la réciprocité pédagogique, les compétences d’animateurs de réseaux… Nous essayons d’agir dans une boucle vertueuse et constante pour « Se relier, apprendre, agir et créer ». En nous appuyant sur notre histoire et nos expériences, nous nous plaçons dans une posture et une démarche contemporaine et prospective, en prise avec les questions actuelles.

Et c’est tout naturellement que nous cherchons donc à nous relier à d’autres mouvements pour mettre en perspective notre pratique et continuer à apprendre, à faire ensemble, autrement…

Quel est votre investissement sur ce festival de l’apprendre ?  Comment allez-vous fêter l’apprendre ?

Sur Sèvres, nous proposerons :

Des ateliers de 30 minutes qui se succèderont dans le même lieu et proposeront plusieurs entrées dans notre démarche :

  • L’un animé par des élèves de collèges de Mulhouse (68) ;
  • Un autre mettant en situation de vivre les conditions du partage des savoirs ;
  • Un troisième autour de la question « Comment démarrer un réseau d’échanges réciproques de savoirs, dans la vie sociale et dans l’école.

Ces ateliers inviteront les visiteurs du festival à prendre une part active à des échanges réciproques de savoirs.

Nous proposerons aussi une conférence organisée autour de vidéos, de témoignages et d’analyse de la démarche pédagogique de réciprocité.

Et enfin, nous aurons aussi un espace d’exposition.

Et le mot de la fin ?

Nous serons très heureux de participer à ce festival, où nous rencontrerons d’autres mouvements pédagogiques, nous découvrirons d’autres pratiques qui vont dans le sens de faire de l’Apprendre une fête.

  • Pour en savoir plus sur notre mouvement : https://www.rers-asso.org/
  • Les Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs – Comment les entreprises pourraient s’en emparer ? par Claire Héber-Suffrin Cofondatrice des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs®. Vidéo sur le site de l’Université Ouverte Des Compétences https://frama.link/ClaireHeberSuffrin
  • Pour en savoir plus sur notre pédagogie, telle que déployée à l’école : https://www.rers-asso.org/l-ecole.htm
  • Nous souhaitions signaler également notre festival des savoirs, que nous organisons maintenant depuis 2014 cf. dossier de presse ci-dessous